Malte Martin, la typographie pour passion

Publié par anaisfort le

graphicmoods-stefan-sagmeister culture-graphique-2-01

Malte Martin, le joueur de mots…

Malte Martin est un graphiste plasticien né en 1958 à Berlin. Celui-ci a commencé sa carrière à l’École des Beaux-Arts de Stuttgart avant d’intégrer durant une année celle de Paris. Il rejoint après le collectif Grapus qui s’occupe de la communication culturelle et politique. Plasticien, il a aussi la typographie pour passion.

Il décide de s’installer par la suite et de créer son propre atelier en 1989 et un « laboratoire » l’Agrafmobile qui lui permet de mettre en avant ses pratiques visuelles dans l’espace public. Celles-ci sont souvent poétiques et possèdent une force dans le message que celui-ci souhaite transmettre.

Malte Martin travaille dans différents domaines ; l’édition, la presse et l’identité visuelle pour le secteur culturel. Il réalise de nombreux programmes pour des théâtres. Son travail est vraiment très recherché, il met en relation le fond et la forme par un jeu de couleurs et de symboles qui permettent de tout de suite identifier de quelle pièce de théâtre il s’agit. Il traite cela très subtilement, avec beaucoup de finesse.

graphicmoods-malte-martin-culture-graphique-croix-rousse

Affiches et flyers pour le Théâtre Croix-Rousse 2015

graphicmoods-malte-martin-culture-graphique-theatre-athenee

Créations pour les Théâtre de l’Athénée 2009

graphicmoods-malte-martin-theatre71-01

Affiches et flyers pour le Théâtre71 de Malakoff

Les sculptures typographiques

Il réalise aussi de nombreuses interventions dans les villes ; peintures sur tramways, créations de posters monumentaux, mais aussi des projections typographiques sur des immeubles.

Il qualifie cela de « sculptures typographiques ».

graphicmoods-malte-martin-happenings

Mots publics 2008

Au sein de l’association Agrafmobile, il expérimente et croise arts plastiques et spectacle vivant au sein de l’espace public.

‘«… Malte Martin rend public, et même, en y faisant résonner ce que son geste de graphiste contient de générosité, je dirais qu’il rend au public. C’est-à-dire qu’il donne quelque chose aux gens comme si les passants anonymes de la rue y avaient droit…»

Gérard Wajcman

Dans le même thème les articles suivants 

Catégories : Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *